Journal d'un photographe - Alain Keler

 
Alain_Keler_web.jpg
 

Du 22 novembre 2018 au 19 janvier 2019

Fermé le Lundi
130 Boulevard de la Libération
13004 Marseille

Vernissage le 22 novembre à  18:00

En présence de Alain Keler qui signera son nouveau livre.

L’exposition a été entièrement réalisée par le Studio AZA en Piezographie (tirages au pigments de charbon) et encadrée dans notre atelier.

 
 

À l’occasion de la sortie du livre rétrospectif Journal d’un photographe, Fermé le lundi, Espèce d’Espace Photographique, produit et présente en avant première l’exposition Alain Kelerjournal d’un photographe. De cette première monographie fleuve sera extraite une quarantaine de photographies emblématiques, richement légendées à la manière du blog éponyme d’Alain Keler. Le commissariat d’Olivier Monge et la scènogra- phie de Roxane Daumas dévoilent l’épopée photographique d’Alain Keler à travers l’actualité géopolitique planétaire par le biais d’un découpage geographique et sensible. L’exposition Alain Keler, journal d’un photographe nous permet d’aller à la rencontre de l’histoire, de l’œuvre et de l’homme.

Grand reporter, Alain Keler est membre de l’agence MYOP depuis 2008. Il a précédemment travaillé pour l’agence Sygma puis Gamma et a cofondé Odyssée Images en 1989. Il a réalisé des reportages sur les zones de conflits depuis les années 1980, au Liban, en Tchétchénie, Israël, Palestine, lors de la révolution en Iran, de la guerre civile au Salvador, etc.
Alain Keler a plus récemment travaillé sur la discrimination envers les Roms en Europe. Ce dernier travail a abouti à une bande dessinée créée par Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier : Des Nouvelles d’Alain (2011). Il a dirigé deux documentaires : Le Dernier voyage (2014), qui raconte l’histoire de sa mère dans le convoi numéro 66 pour Auschwitz ; et Parias, les Roms en Europe (2011). En 2015, il a publié 1982, journal d’un photographe, tiré de son blog. On lui a attribué le grand prix Paris Match du photojournalisme (1986) pour son reportage «l’Éthiopie sous la pluie» et le prix World Press Photo dans la catégorie nature. En 1997, il a gagné le prix W. Eugene Smith pour son travail sur les minorités dans l’ancien bloc communiste. Le livre Vents d’Est a été publié par Marval en 2000. En 2004, il est lauréat de la fondation 3P à Paris pour son projet Le pays de la terre qui brûle, sur la complexité du conflit israélo-palestinien.

Une exposition dans le cadre du festival LA PHOTOGRAPHIE MARSEILLE #8.

L’ensemble des tirages présentés sont en vente.

 
 

Exposition visible du mardi au samedi de 14h00 à 19h00

> contact@fermelelundi.com / 130 Boulevard de la Libération, 13004 Marseille