Au programme
de la galerie 1Cube...

Chaque date de début d'exposition est celle du vernissage. 19h (sauf mention contraire).

Capture d’écran 2018-09-11 à 19.18.58.png

5 avril > 19 mai

FIGURÁK,
du photographe BÁLINT PÖRNECZI

Depuis quatre ans, le projet FIGURÁK réunit une collection de portraits en noir et blanc, réalisés à l’Iphone, où tout le monde est considéré de la même façon, quels que soient sa notoriété, son métier, son genre ou sa classe sociale.
Une série partagée par le photographe sur ses pages Instagram et Facebook, suivies par + de 140 000 personnes, en attendant la sortie prochaine d’un livre aux éditions [NEUS]. BÁLINT PÖRNECZI a exposé sa série FIGURÁK dans le monde entier. Il expose à Marseille pour la première fois. Avant-goût sur sa page INSTAGRAM et au fil de quelques articles de presse : 

International New York Times
Instagram Blog Cannes
PHOTO MAG
Paris Match by Cassius
L’OBS
LeSalonDeLaPhoto
CULTUREBOX
ZOOM FESTIVAL
Destination Reportages


Capture d’écran 2018-09-11 à 18.29.51.jpg

25 mai > 23 juin

EN BAS, LA VILLE,
du photographe GAËL TURINE

A Port-au-Prince, le peuple en bas de la ville.
Durant ses séjours fréquents à Haïti, Gaël Turine s’était longtemps tenu à l’écart de la capitale. Trop pauvre, trop chaotique…
Puis, le photographe belge a fini par sonder l’âme de Port-au-Prince, qu'il arpente de 2013 à 2017.
Un travail qu'il expose pour la première fois à Marseille et qui vient clôturer une rencontre (24 mai) dans le cadre du festival Oh, les beaux jours et une signature/rencontre à la Librairie Maupetit (18h le 25 mai).

>> Découvrez le travail de Gaël Turine



EXPO_TALPLAGE.jpg

29 juin > 31 août

TOUS A LA PLAGE
Une expo collective avec Fermé le Lundi

Le titre sonne comme une injonction au farniente, au partage, un hymne à l’été ; peut-être, aussi, comme un appel au large, au pas de côté et à la réflexion. De cette formule fédératrice est née chez la Galerie 1CUBE  et Fermé le Lundi-Espèce d’Espace Photographique, l’envie de faire œuvre commune et de rassembler une myriade de regards, curieux et inspirés, sur ce territoire aux frontières des temps et des éléments.

L’exposition convie à nager, bronzer, plonger et respirer au rythme de vagues, ondulées, brisées ou tourmentées, toutes ramenées à Marseille par plus de trente photographes : Ed Alcock, Marco Barbon, Alix Bérard, Eric Bourret, Pierre-Emmanuel Daumas, Roxane Daumas, Alexandra Fleurantin, Olivier Jobard, Agnès Jouhandeaux, Alain Keler, France Keyser, Oan Kim, Irène Jonas, Olivier Laban-Mattei, Franck Landron, Jacques Henri Lartigue, Jean-François Maccario, Aurélien Meimaris, Corinne Mercadier, Nino Migliori, Arno Rafael Minkkinen, Olivier Monge, Wooz Moon, Giorgos Moutafis, Philippe Munda, Claude Nori, Martin Parr, Julian Perez, Bernard Plossu, Gil Rigoulet, Michael Serfaty, Bertrand Stofleth, Patrick Tournebœuf et Cyrille Weiner.

Les commissariats de cette exposition ont été assurés par Selma Bella Zarhloul (Galerie 1CUBE) et Olivier Monge (Fermé le Lundi).


EXPO_DOCK - copie.jpg

13 septembre > 27 octobre • Vernissage le 13/10 à 19h

LA GUERRE N'EST PAS UN FAIT DIVERS,
du photographe STEPHEN DOCK

Depuis plus de dix ans, le photographe Stephen Dock travaille sur les dysfonctionnements des sociétés. Ses reportages l’ont conduit en Cisjordanie, en Syrie, en Irlande, au Mali, en  République Centrafricaine, en Palestine, au Liban ou encore au Népal. Finaliste du Prix Leica Oscar Barnack 2018, Stephen Dock a publié dans la presse française et internationale nombre de reportages et exposé dans de nombreux festivals, dont Visa pour l’Image l’année dernière. 

A Marseille, la Galerie 1 CUBE vous propose une exposition qui, loin des représentations factuelles des conflits, questionne les limites du photo-journalisme jusqu’à l’engagement même du photographe. Les clichés de la guerre fascinent autant qu’ils dégoûtent et, pourtant, la guerre n’est pas un fait divers . Au cœur des combats ou après la débâcle, comment témoigner de ce que sont et deviennent habitants et sociétés : des entailles infligées par les bombes, des absences creusées par les morts, des empreintes laissées par les exils ? 
Un avant-goût du travail de Stephen Dock ici.
>> Et là…
Prix Oskar Barnack 2018
Visa pour l'Image 2017
Nikon, le mag, interview de Stephen
Chez Médiapart


EXPO_KEA.jpg

8 novembre > 8 décembre • Vernissage le 8/11 à 19h.

MADELEINE(S),
du photographe KEA

Kea a saisi pour la première fois un appareil photos il y a dix-huit ans, à la naissance de son fils Gabriel. Depuis, il s’empare de quelqu’appareil que ce soit, argentique, numérique, jetable, pola, en collectionneur curieux et photographie ses familles de sang et de coeur, fixe les émotions sur le papier. Il en résulte une série de moments, de portraits, de flous, d’esquisses, de sourires, d’enfants qui grandissent, nimbée d’une poésie sensible et délicate et, surtout, d’un talent fou. Une exposition qui lève le voile sur une intimité douce et chaude, truffée de madeleines de Proust.


EXPO_MONA.jpg

13 décembre > 19 janvier • Vernissage le 13 décembre

Fight against, fight for,

de la photographe MONA LUMIR-FABIANI

Vous ne vous attendiez pas à voir exposée cette artiste marseillaise, plutôt connue pour ses univers picturaux, tatouages, graffs et peintures? 
1Cube vous propose un regard singulier, car Mona travaille le plus souvent depuis des images qu'elle a prises au gré de ses tribulations. 
En mettant en avant les photos originelles de son travail et de sa maturation, la Galerie 1Cube vous convie à découvrir le processus même de création de l'artiste (1Cubation...), de l'image première à la réalisation finale. 

>> Découvrir l'univers de Mona